Home Culture Histoire de Crevillent

Histoire de Crevillent

Histoire et géographie de Crevillent

Historia Crevillent

La ville de Crevillent est située au pied de la sierra du même nom à 835 mètres d’altitude. Elle appartient à l’extrême oriental de celles subbétiques et dans lesquelles se trouvent les pics de San Cayetano, Sanyuri, la Vella et el Puntal.

Sierra et plaine, telles sont les éléments qui composent son relief sillonné par divers torrents comme el barranc fort, la rambla de castelar ou San Cayetano. Ce relief conditionne sa géographie de sorte que les quartiers du centre-ville sont composés de maisons-grottes, le type d’habitation le plus original de ces régions excavées sur les versants des collines. La commune englobe d’autres districts tels que San Felipe de Neri, El Realengo, Barrio de la Estación, Las Casicas, El rincón de los Pablos et el Barranco de San Cayetano.

Le climat est de type semi-aride avec des hivers tempérés et des étés secs et chauds. La température moyenne est de 18°, avec des minimales en hiver de 3° et des maximales en été avoisinant les 40°. La pluviométrie est faible avec des valeurs aux alentours de 298 l. de concentrations pendant les mois d’automne avec de très fortes pluies qui se déversent dans les torrents.

En ce qui concerne sa végétation, prédominent le lentisque, le chêne kermès, le jonc, le palmier et le pin noir, avec quelques pinèdes localisées dans les lieux ombragés. Dans la plaine inondable, on trouve la lagune d’El Hondo, déclarée site naturel où l’on peut contempler les espèces telles que le héron pourpré, la marmaronette marbrée ou le flamand.

La principale activité de son économie est l’industrie du tapis qui date du Moyen-âge et elle est dans la tradition de la manufacture de l’alfa et du jonc. Son activité industrielle est favorisée par les excellentes communications : la route N-340, l’autoroute de la méditerranée A-7 (Alicance-Murcie, l’autoroute AP-7 qui relie Crevillent et Carthagène, ainsi que de par sa proximité de l’aéroport d’Altet ou du port d’Alicante.

Ses débuts datent du paléolithique supérieur, vers 30 000 ans, mais c’est à partir du chalcolithique dans la localité Les Moreres où se trouvent en permanence des vestiges. On distingue les siècles qui correspondent aux Bronze final et Vieux fer, vers 2.770 0 3.00 ans, époque à laquelle la localité de la Penya Negra a été érigée dans une enclave fondamentale pour connaître les origines de la culture ibérique. C’est à cette époque que les collines se peuplaient pour la première fois et l’arrivée des cultures les plus déterminantes de la péninsule par le biais de systèmes commerciaux tels que la Tartéssica en Andalousie, Cogotas en la Meseta et le Bronze final atlantique sur le versant ouest. L’objectif de ce commerce était la métallurgie florissante de la zone.

À l’époque romaine, les villes situées dans les plaines du territoire municipal étaient nombreuses. Les excavations dans La Canyada Joana ont mis en lumière un bâtiment des IVe et Ve siècles avec un excellent niveau de conservation, dédié au pressurage et au stockage de l’huile.

L’ancien quartier d’origine islamique, Qirbilyan, plus connu en langue arabe, a été conquis par les Chrétiens en 1243 et jusqu’en 1318, le pouvoir était entre les mains d’un chef ou rais. L’histoire de ces siècles jusqu’aux Rois Catholiques, tout d’abord sous la domination castillane et puis 1926 sous celle de la couronne d’Aragon, est marquée par sa situation frontalière avec le royaume nasride de Grenade et, ce qui est le plus important, est que la population a continué à être majoritairement islamique. Muhammad Ibn Alí Ibn Faray al-Qirbiliäni était un médecin, originaire de Crevillent de cette époque dont sa renommée l’a conduit aux Cortes de Grenade, Fès et Maroc.

Sous le contrôle ultérieur du Duc de Maqueda, Crevillent s’est développée dans un environnement agricole sans irrigation très pauvre en cherchant avec ardeur à l’intérieur de sa sierra grâce à des forages par le biais de mines. Après l’expulsion mauresque en 1609, la population de la ville a été réduite d’un tiers, entrant dans une crise qu’elle n’a su surmonter que tardivement dans le XVIIIe siècle. Au même siècle, elle a reçu le titre de « ville » pour sa fidélité à la cause bourbonienne pendant la guerre de Succession. L’avenir historique des XIXe et XXe siècles a sa raison dans l’évolution de l’artisanat de l’alfa et du jonc qui s’est transformé en une puissante industrie du tapis à Crevillent.

Liens associés: